jeudi 5 janvier 2012

Exercices complets avce Correction sur la méthode Merise - Gestion Hotel MCC MCF MCT MOT MOD MCD MLD

Lire le texte suivant extrait des Misérables de Victor Hugo (référence 3) et répondez aux questions suivantes. Toute la méthode n'est pas passée en revue, mais grâce au texte, il est possible de définir certaines étapes : fonctions couvertes, partenaires, organigramme et modèle de données.

1. Quel est le nom de l'entreprise concernée ?

2. Quelles sont les activités de cette entreprise ? Regrouper ces activités en domaines.


3. Quels sont les partenaires de l'entreprise ?


4. Quel est l'organigramme (la structure des postes de travail de l'entreprise) et les opérations organisées de chaque poste de travail ?

-----------------------------------------------------------------------------------------------------
Nous croyons qu'il avait simplement étudié‚ en Hollande pour être aubergiste. Ce gredin de l'ordre composite était, selon les probabilités, quelque Flamand de Lille en Flandre, Français à Paris, Belge à Bruxelles, commodément à cheval sur deux frontières. Sa prouesse à Waterloo, on la connaît. Comme on voit il l'exagérait un peu. Le flux et le reflux, le méandre, l'aventure, était l'élément de son existence ; conscience déchirée entraîne vie décousue ; et vraisemblablement, à l'orageuse époque du 18 juin 1815. Thénardier appartenait à cette variété de cantiniers maraudeurs dont nous avons parlé, battant l'estrade, vendant à ceux-ci, volant ceux-là, et roulant en famille homme, femme et enfants, dans quelque carriole boiteuse, à la suite des troupes en marche, avec l'instinct de se rattacher toujours à l'armée victorieuse. Cette campagne faite, ayant, comme il disait, "du quibus", il était venu ouvrir gargote à Montfermeil.
(...) Tout nouveau venu qui entrait dans la gargote disait en voyant la Thénardier : Voilà le maître de la maison. Erreur. Elle n'était même pas la maîtresse. Le maître et la maîtresse, c'était le mari. Elle faisait, il créait. Il dirigeait tout par une sorte d'action magnétique‚ invisible et continuelle. Un mot lui suffisait, quelquefois un signe ; le mastodonte obéissait. Le Thénardier était pour la Thénardier, sans qu'elle s'en rendit trop compte, une espèce d'être particulier et souverain. Elle avait les vertus de sa façon d'être; jamais eût-elle été en dissentiment sur un détail avec monsieur Thénardier, hypothèse du reste inadmissible, elle n'eût donné‚ publiquement tort à son mari, sur quoi que ce soit. Jamais elle n'eût commis "devant des étrangers", cette faute que font si souvent les femmes, et qu'on appelle, en langage parlementaire : découvrir la couronne. Quoique leur accord n'eût pour résultat que le mal, il y avait de la contemplation dans la soumission de la Thénardier à son mari. Cette montagne de bruit et de chair se mouvait sous le petit doigt de ce despote frêle. C'était, vu par son côté‚ nain et grotesque, cette grande chose universelle : l'adoration de la matière pour l'esprit ; car de certaines laideurs ont leur raison d'être dans les profondeurs mêmes de la beauté éternelle. Il y avait de l'inconnu dans Thénardier; de là l'empire absolu de cet homme sur cette femme. A de certains moments elle le voyait comme une chandelle allumée ; dans d'autres, elle le sentait comme une griffe.
Cette femme était une créature formidable qui n'aimait que ses enfants et ne craignait que son mari. Elle était mère parce qu'elle était mammifère. Du reste sa maternité s'arrêtait à ses filles, et, comme on le verra, ne s'étendait pas jusqu'aux garçons. Lui, l'homme, n'avait qu'une pensée‚ s'enrichir.
Il n'y réussissait point. Un digne théâtre‚ manquait à ce grand talent. Thénardier‚ à Montfermeil se ruinait, si la ruine est possible à zéro ; en Suisse ou dans les Pyrénées‚ ce sans-le-sou serait devenu millionnaire. Mais où le sort attache l'aubergiste, il faut qu'il broute.
On comprend que le mot aubergiste est employé‚ ici dans un sens restreint, et qui ne s'étend pas à une classe entière.
En cette même année 1823, Thénardier était endetté d'environ quinze cents francs de dettes criardes, ce qui le rendait soucieux.
(...)Ses théories d'aubergiste jaillissaient quelquefois de lui par éclairs. Il avait des aphorismes professionnels qu'il insérait dans l'esprit de sa femme. "Le devoir de l'aubergiste, lui disait-il un jour violemment et à voix basse, c'est de vendre au premier venu du fricot, du repos de la lumière, du feu, des draps sales, de la bonne, des pouces, du sourire; d'arrêter les passants, de vider les petites bourses et d'alléger honnêtement les grosses, d'abriter avec respect les familles en route, de râper l'homme, de plumer la femme, d'éplucher‚ l'enfant ; de coter la fenêtre ouverte, la fenêtre fermée, le coin de la cheminée, le fauteuil, la chaise, le tabouret, l'escabeau, le lit de plume, le matelas et la botte de paille- de savoir de combien l'ombre use le miroir et de tarifer cela, et, par les cinq cent mille diables, de faire tout payer au voyageur, jusqu'aux mouches que son chien mange !
Cet homme et cette femme, c'était ruse et rage mariées ensemble, attelage hideux et terrible.
Pendant que le mari ruminait et combinait, la Thénardier, elle, ne pensait pas aux créanciers‚ absents, n'avait souci d'hier ni de demain, et vivait avec emportement toute dans la minute.
Tels étaient ces deux êtres. Cosette était entre eux, subissant leur double pression, comme une créature‚ qui serait à la fois broyée par une meule et déchiquetée par une tenaille. L'homme et la femme avalent chacun une manière différente ; Cosette était rouée de coups, cela venait de la femme ; elle allait pieds nus l'hiver, cela venait du mari.
Cosette montait, descendait, lavait, brossait, frottait, balayait, courait, trimait, haletait, remuait des choses lourdes, et, toute chétive, faisait les grosses besognes. Nulle pitié : une maîtresse farouche, un maître venimeux. La gargote Thénardier‚ était comme une toile où Cosette était prise et tremblait. L'idéal de l'oppression était réalisé par cette domesticité sinistre. C'était quelque chose comme la mouche servante des araignées.
La pauvre enfant, passive, se taisait.

Quand elles se trouvent ainsi, dès l'aube, toutes petites, toutes nues, parmi les hommes, que se passe-t-il dans ces âmes qui viennent de quitter Dieu ?
-----------------------------------------------------------------------------------------------------
A partir du texte donné ci-après :

5. Dessiner un MCD des tarifs de l'entreprise (chambre, souper...).
6. Citer un message organisé.
7. Informatiseriez-vous cette entreprise ?
-----------------------------------------------------------------------------------------------------
IL FAUT DU VIN AUX HOMMES ET DE L'EAU AUX CHEVAUX

Il était arrivé quatre nouveaux voyageurs.

- Entrez, bonhomme.

Le "bonhomme" entra. La Thénardier lui jeta un second coup d'oeil, examina particulièrement sa redingote qui était absolument râpée et son chapeau qui était un peu défoncé, et consulta d'un hochement de tête, d'un froncement de nez et d'un clignement d'yeux, son mari, lequel buvait toujours avec les rouliers. Le mari répondit par cette imperceptible agitation de l'index qui, appuyée du gonflement des lèvres, signifie en pareil cas : débine complète. Sur ce, la Thénardier s'écria :

- Ah ! çà, brave homme, je suis bien fâchée, mais c'est que je n'ai plus de place.
- Mettez-moi où vous voudrez, dit l'homme, au grenier, à l'écurie. Je payerai comme si j'avais une chambre.
- Quarante sous.
- Quarante sous. Soit.
- A la bonne heure.
- Quarante sous ! dit un roulier bas à la Thénardier, mais ce n'est que vingt sous.
- C'est quarante sous pour lui, répliqua la Thénardier du même ton. Je ne loge pas des pauvres à moins.
- C'est vrai, ajouta le mari avec douceur, ça gâte une maison d'y avoir de ce monde-là.

THÉNARDIER A LA MANEUVRE

Le lendemain matin, deux heures au moins avant le jour, le mari Thénardier, attablé près d'une chandelle dans la salle basse du cabaret, une plume à la main, composait la carte du voyageur à la redingote jaune.

La femme debout, à demi courbée sur lui, le suivait des yeux. Ils n'échangeaient pas une parole. C'était, d'un coté, une méditation profonde, de l'autre, cette admiration religieuse avec laquelle on regarde naître et s'épanouir une merveille de l'esprit humain. On entendait un bruit dans la maison; c'était l'Alouette qui balayait l'escalier.

Après un bon quart d'heure et quelques ratures, le Thénardier produisit ce chef-d'oeuvre.

NOTE DU MONSIEUR DU N°1.

- Vingt-trois francs ! s'écria la femme avec un enthousiasme mêlé de quelque hésitation.

Comme tous les grands artistes, le Thénardier n'était pas content.

- Peuh ! fit-il.

C'était l'accent de Castlereagh rédigeant au congrès de Vienne la carte à payer de la France.

- Monsieur Thénardier, tu as raison, il doit bien cela, murmura la femme qui songeait à la poupée donnée à Cosette en présence de ses filles, c'est juste, mais c'est trop. Il ne voudra pas payer.

Le Thénardier fit son rire froid, et dit :

- Il payera.

Ce rire était la signification suprême de la certitude et de l'autorité. Ce qui était dit ainsi devait être. La femme n'insista point. Elle se mit à ranger les tables : le mari marchait de long en large dans la salle. Un moment après il ajouta:

- Je dois bien quinze cents francs, moi !
Il alla s'asseoir au coin de la cheminée, méditant, les pieds sur les cendres chaudes.

- Ah çà ! reprit la femme, tu n'oublies pas que je flanque Cosette à la porte aujourd'hui. Ce monstre ! elle me mange le coeur avec sa poupée ! J'aimerais mieux épouser Louis XVIII que de la garder un jour de plus à la maison !

Le Thénardier alluma sa pipe et répondit entre deux bouffées :

- Tu remettras la carte à l'homme.

Puis il sortit.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------
Correction
-----------------------------------------------------------------------------------------------------

Corrigé de l'exercice

1. Quel est le nom de l'entreprise concernée ?

"La gargote de Montfermeil"

2. Quelles sont les activités de cette entreprise ?

et regrouper ces activités en domaines : les domaines sont "héberger", "vendre" et "acheter". Les sous-domaines de "héberger" sont "loger les voyageurs" et "nourrir les voyageurs et les chevaux".



3. Quels sont les partenaires de l'entreprise ?

Créancier et voyageur. Le créancier est le fournisseur et le voyageur le client.

Le MCC sans message est :



4. Quel est l'organigramme ?

La structure des postes de travail de l'entreprise et les opérations organisées de chaque poste de travail est :


Organigramme

Opérations :


5. Dessiner un MCD des tarifs de l'entreprise (chambre, souper...).

Un premier MCD peut être construit strictement par rapport à la note : celle-ci est à la tête du client. Une chambre peut être à 20 ou 40 sous. La note est la demande de paiement ou la facture client.

Quelles sont les occurrences des individus ?


• Bougie : la bougie n° 7.
• Chambre : la 2e à droite en haut de l'escalier.
• Feu : le feu du dimanche soir.
• Service : la montée de la valise du 25 au soir.
• Souper : le souper du 25 au soir.

Certains se justifient (chambre, service) et d'autres moins (bougie, feu). Nous considérons que tous se justifient dans un souci de simplification.


Un deuxième modèle peut inclure la notion de prestation dont les différents types sont : souper, chambre, bougie, feu et service :



6. Citer un message organisé.

Note du monsieur.

7. Informatiseriez-vous cette entreprise ?

Non, car l'utilisateur peut changer d'avis et ne saura pas utiliser l'informatique et il y a de fortes chances qu'il ne vous paye pas correctement.

Par contre, un modèle de données peut inclure un tarif à la tête du voyageur.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Share

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites

 

IP