mardi 5 avril 2011

Exercice Construction de tables de routage statiques - Déploiement de réseaux IP

Déploiement de réseaux IP

Un ingénieur réseau doit installer un nouveau sous-réseau Internet dans son entreprise. 

L'organisation administrative et géographique des ordinateurs à raccorder est telle qu'il apparaît naturel de créer deux groupes de 5 et 13 hôtes. Chaque groupe de postes est interconnecté au moyen d'un réseau ethernet partagé. On utilise pour cela un répéteur (par exemple de standard 10 BaseT). On associe aux deux groupes, deux sous-réseaux IP et on interconnecte les deux sous-réseaux au moyen de routeurs. Un routeur existant dans  l'entreprise baptisé dans la figure suivante routeur 'base' sert à connecter le nouvel ensemble au reste du réseau d'entreprise. Chaque sous-réseau dispose d'un routeur. Ces routeurs sont baptisés 'charnière' pour le groupe de 13 hôtes et 'arrivée' pour le groupe de 5 hôtes. Les routeurs sont connectés au moyen de deux liaisons spécialisées point à point notées Liaison spécialisée 1 et 2.

Exercice 1 : Choix des adresses

Pour réaliser l'installation IP de ce nouvel ensemble, l'ingénieur réseau souhaite d'une part économiser les adresses IP mais aussi minimiser le nombre des entrées à placer dans les tables de routage pour atteindre le nouvel ensemble (agréger les routes). Pour cela l'ingénieur considère comme indispensable que le nouvel ensemble à installer forme un unique réseau IP, comprenant différentes adresses elles-mêmes organisées en sous réseaux (selon la figure).

Détaillons maintenant toutes les adresses à fournir. Sur le dessin les points qui doivent recevoir une adresse IP sont marqués par de petits ovales.


L'ingénieur réseau doit attribuer des adresses IP pour le sous-réseau 1, c'est à dire pour chacun des 13 hôtes qui constituent ce sous réseau IP, mais aussi pour le port du routeur 'charnière' qui dessert le sous-réseau 1. Ce port est indicé par le numéro 5 sur la figure.

De même le sous réseau 2 doit comprendre 5 adresses d'hôtes et une adresse pour le port d'accès à partir du routeur 'arrivée'. Ce port est indicé par le numéro 6 sur la figure. 

Les routeurs utilisés ne gèrent pas les liaisons dénumérotées. On rappelle que de nombreux routeurs en appliquant la RFC 1812 permettent d'utiliser des liaisons spécialisées (LS) sans adresses IP. Dans ce cas, moyennant des directives de configuration des routeurs,  deux routeurs reliés par une liaison spécialisée forment en fait du point de vue du routage un seul routeur virtuel. La liaison spécialisée est cachée et gérée par le logiciel du routeur. Dans l'exemple traité ici, selon les principes de base de l'adressage IP, il faut attribuer des adresses IP aux deux extrémités d'une liaison spécialisée pour pouvoir l'utiliser dans le cadre du routage. Ces adresses doivent appartenir au même sous réseau IP. Les deux LS forment donc deux petits sous réseaux baptisés 3 et 4. Ces deux sous réseaux ont besoin seulement de deux adresses IP.

L'ingénieur réseau a un bloc d'adresses IP non utilisées dans le cadre d'un adressage de type IPV4 CIDR à partir de l'adresse 193.137.1.0.

Question 1

Pour le nouvel ensemble l'ingénieur pense pouvoir utiliser seulement un bloc de 32 adresses libres parmi celles dont ils dispose.
Pourquoi ?
Quelle adresse de réseau choisit-il pour la totalité des adresses du nouvel ensemble (donner l'adresse de réseau et son masque en notation /n)?

Question 2

L'ingénieur  attribue pour commencer les adresses d'extrémité de la liaison spécialisée 1 (adresses du sous-réseau 3). Il doit donc créer un sous réseau avec deux adresses IPV4.
Quelle est l'adresse de réseau du sous-réseau 3 (l'adresse et le masque du plus petit réseau IPV4 possédant au moins deux adresses utilisables à partir de la
première adresse libre) ?

Question 3

L'ingénieur attribue la première adresse IP utilisable du réseau déterminé à la question 2 (la plus petite) à l'extrémité 1 sur le dessin (port du routeur 'base') et la seconde (la plus grande) à l'extrémité 2 (port du routeur 'charnière').

Quelles sont les deux adresses attribuées ?

Question 4

L'ingénieur attribue ensuite les adresses IP d'extrémités de la liaison spécialisée 2 (adresses IP du sous réseau 4).

Quelle est l'adresse de réseau retenue pour ce nouveau bloc de deux adresses si l'on attribue les adresses immédiatement disponibles après l'attribution du sous réseau 3 ?

Question 5

Si l'on attribue la plus petite adresse utilisable de ce sous réseau à l'extrémité 3 (port du routeur 'charnière') et la plus grande adresse à l'extrémité 4 (port du
routeur 'arrivée'), quelles sont les deux adresses retenues ?

Question 6

L'ingénieur doit ensuite attribuer des adresses de sous réseaux pour les sous réseaux 1 et 2 qui correspondent à 13+1 soit 14 adresses et 5+1 soient 6 adresses.
Quelle est maintenant la première adresse disponible ?
De manière à optimiser l'utilisation des adresses dans quel ordre doit-il attribuer les deux demandes ?

Question 7

Quelle est alors l'adresse de sous réseau attribuée pour le sous réseau 1.
Si l'on prend la plus petite adresse disponible dans ce sous réseau, quelle est l'adresse attribuée au port du routeur 'charnière' indicée 5 sur le dessin ? 

Question 8


Quelle est l'adresse de sous réseau attribuée pour le sous réseau 2 ?
Si l'on prend la plus petite adresse disponible dans ce sous réseau, quelle est l'adresse attribuée au port du routeur 'arrivée' indicée 6 sur le dessin? 
          
---------------------------------------------------------------------------------------------------

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Share

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites

 

IP